La librairie de La Place aux Herbes

J’adore lire, si vous me lisez aujourd’hui c’est probablement parce que comme moi, vous avez la passion des mots.

Il y a des livres qui se grignotent pour passer le temps, il y a ceux que l’on dévore, tellement l’intrigue et les personnages vous prennent par la main, et il y a ceux qui vous transpercent, ceux que vous n’arrêtez pas de déguster et déguster encore, faisant une page en avant, une page en arrière sans vouloir le terminer.

Continue reading

Rendez-vous sur Hellocoton !

La tête en friche

Il y a bien longtemps que je n’ai pas écrit, aujourd’hui je prends conscience de plus en plus que comme Margueritte dont je vais vous conter l’histoire les mots sont mes amis, mes carrosses d’or pour aller au delà de l’ennui et oublier la mort….

Continue reading

Rendez-vous sur Hellocoton !

La tresse

En matière de lecture j’ai toujours les yeux plus gros que le ventre! Dès que je rentre dans une librairie je suis prise d’une boulimie d’achats de livres…la seule chose qui calme cette « addiction », cette « fièvre acheteuse » c’est mon budget….hélas.

 

Heureusement, il y a mes fidèles amis qui connaissent mon goût prononcé pour les livres et qui, en la matière, me gâtent beaucoup. Et puis il y a les livres d’occasion, chez Emaüs vous en trouvez à 1€ et il ne s’agit pas forcément de La Comtesse de Ségur!

J’ai beaucoup de lectures en retard car je ne lis pas vite surtout quand je tombe sur un délice! Je le savoure, je fais des retours en arrière tellement le phrasé est délicat. Je me souviens encore quand je me suis plongée dans le roman « L’Elégance du Hérisson » je ne pouvais m’empêcher de revenir en arrière pour en lire des passages à voix haute à ma fille tellement l’écriture en elle-même était parfaite.

Souvent quand je m’attache à une histoire je n’ai en fait pas du tout envie de connaître la chute je me régale juste à lire parce que c’est beau et que l’histoire fait résonner des sentiments ou des idées fortes.

Quand j’étais plus jeune j’étais addict aux grands romans, ceux de John Irving, William Styron, Isabel Allende, Michel Tournier, Albert Cohen….aujourd’hui je me tourne plutôt vers de petites lectures car le temps passe si vite, j’ai toujours peur de ne jamais pouvoir finir un roman de mille pages!

Le temps qui passe, le temps qui reste il y a encore tant à faire et à découvrir…aurais-je le temps?

Je viens aujourd’hui vous parlez d’un livre qui, pour un si petit livre,  a provoqué en moi un grand vacarme, ou peut être étais-je arrivée au stade de ma vie où j’avais besoin de lire, d’entendre cette histoire, de croire en la solidarité des femmes entre elles.

La Tresse de Laëtitia Colombani est un tout petit livre.

L’histoire:

La Tresse, c’est un récit autour de trois personnages, trois femmes dans le monde d’aujourd’hui, que tout sépare. Smita, une Intouchable, Sarah la femme à la carrière accomplie, Giulia, la sicilienne fabricante de perruques…

Une histoire d’amour en fait, l’histoire de trois destins croisés comme les brins d’une tresse. La vie de trois femmes qui se retrouvent liées par un cheveu.

Elles sont toutes trois issues de milieu différent , mais chacune, à sa manière, est enfermée, cantonnée à un rôle qu’on lui a assigné. Chacune endure une forme de discrimination. Ce qui va les réunir, au delà de ces différences, c’est cette pulsion de vie, cet élan qui va les porter à conquérir une forme de liberté.

Ce livre rappelle combien il est difficile d’être femme dans notre société occidentale. Nous devons être des mères parfaites, des épouses modèles, assumer toutes les tâches domestiques et mener brillamment notre carrière. C’est une position intenable. La société nous demande trop, et ne nous fait pas de cadeaux. On pardonne à un homme de délaisser son foyer pour se consacrer à son métier ; pas à une femme.

Un livre qui donne envie de se battre, un livre qui vous rappelle les vraies valeurs, un livre qui parle du courage des femmes, de leur capacité à toujours faire face quelque soit la situation. Des femmes pourtant ordinaires, des petits points perdus au milieu de l’humanité qui nous guident vers l’approche du bonheur et qui nous montre que rien n’est jamais perdu. Tout combat mérite d’être mené même le pire, que ce soit contre sa condition, contre la maladie, contre la faillite….

Un petit livre qui résonne avec les trois mots que je me suis fait tatouer au creux d’une fleur de lotus sur ma cheville « Never give up »!

 

Que vous dire d’autre que, lisez ce petit livre, cela ne vous prendra que quelques minutes pour un grand moment de bonheur personnel et intime.

Vous pouvez également me suivre sur Instagram et Twitter.

Rendez-vous sur Hellocoton !

My body

Et oui my body! Depuis toujours, je n’ai jamais été très amie avec mon corps, séquelles de l’enfance, une enfance bien lointaine mais qui m’a laissée des marques de manque de confiance en moi indélébiles…vous en avez aussi sûrement des blessures, qui n’en a pas?

Lorsque j’étais toute petite ma mère qui m’a gardée près d’elle que très peu de temps au final ne cessez de me rabâcher « rentre ton ventre » j’avais environ 5 ou 6 ans, bizarrement l’obsession de ma mère et devenue mon obsession et mon complexe! Je suis très très fâchée contre mon ventre, un « bidou » que je trouve systématiquement gros, mou, avachi et les années s’accumulant c’est la débandade…

Alors aujourd’hui, à 60 ans plus que jamais j’utilise des subterfuges pour cacher cette « infirmité », pour dissimuler ma honte et que ce soit en journée ou la nuit je porte beaucoup de body.

Le body peut être une pièce de lingerie mais également faire office de pyjama lorsque comme moi on préfère dormir peu vêtue.

Cette pièce du dressing féminin permet de galber la silhouette, de masquer les défauts, elle peut se porter en journée sous une jolie veste ou la nuit, une lingerie qui, la nuit, peut devenir au final très sexy et coquine!

J’ai trouvé mon body à petits prix (10€) chez Babou et j’en suis ravie, sa couleur rose pastel est tendre, tout à fait adapter à la situation. Il est tout en dentelle, sans être transparent, il est parfait pour se glisser sous la couette avec élégance et glamour…

Alors qu’en pensez-vous? Est-ce que mes propos vous choquent? Portez vous des body vous aussi? Avez-vous comme moi des combines pour contourner vos complexes face à votre amoureux par exemple?

Parlez moi vrai et dites moi ce que vous inspire ce shooting car à 60 ans je me lance parfois des challenges qui sont peut être audacieux alors que  mon propos est surtout de ne choquer personne et plutôt d’aider les femmes de mon âge à continuer à se sentir désirables et à ne pas perdre confiance en elle.

Le petit kimono qui me sert pour la plage en été, s’est transformé en ce moment en petit peignoir je l’adore, tout en mousseline il fait vraiment son effet, un bien joli cadeau que j’ai reçu pour mon anniversaire, merci mes copines d’amour.

Merci à ma fille Jenychooz pour ce shooting vraiment difficile à réaliser.

Vous pouvez également me suivre sur Instagram et Twitter.

Rendez-vous sur Hellocoton !